Le budget 2021 du Département consacre le non-respect des engagements de la gauche

Lors de la séance du 14 décembre les élus départementaux ont débattu du budget 2021.

Les élus du groupe LR se sont bien évidemment prononcés contre ce projet de budget en rappelant que celui-ci était le dernier qui aurait pu permettre à la majorité socialo-communiste de tenir ses engagements de campagne pris en 2021 devant les Val-de-Marnais.

C'est donc l'heure du bilan qui sonne aujourd'hui. C'est le moment qui permet de confronter engagements pris et les projets effectivement réalisés.  

Les élus LR ont énuméré les promesses non tenues de la gauche :

  • 500 places en crèches promises et seulement 160 au maximum livrées en 2021, 27 collèges construits ou rénovés promis et seulement 13 collèges construits ou rénovés en 2020

colleges creches mensonges

  • La promesse de refuser l’austérité qui s’est transformer en hausses d’impôts et en baisses des subventions aux associations...

3

  • ... et aux communes

2

Incapable de faire des économies, le Département vit à crédit, sur le dos des générations futures.

Notre endettement ne cesse d'augmenter et ce mandat en est l'illustration. 8e département de plus d'un million d'habitants le plus endetté en 2015, nous sommes aujourd'hui le 5e département le plus endetté.

Et ce n'est pas fini puisque la majorité prévoit cette année un recours à l'emprunt record de 192 M€ (+ 39 M€ par rapport à 2020).

dette doublee carre

Alors naturellement face à cette situation et aux difficultés qui s’annoncent, votre majorité a ressorti l’argument du Val-de-Marne comme « bouclier social ».

C’était déjà le cas en 2015, dans d’autres circonstances. Avec toujours la même doxa selon laquelle la droite aurait, elle, la volonté de détruire toutes les politiques sociales, quand bien même il s'agit de politiques obligatoires.

Mais quand on compare les politiques sociales des départements de petite couronne Parisienne, où, cela ne vous aura pas échappé, il y a un département ancré à droite de longue date, les Hauts-de-Seine, on constate que l’effort consacré pour les personnes âgées, pour l’hébergement des personnes handicapées, pour les familles, pour les dépenses en matière de l’enfance n’ont rien à envier à des Départements qui se disent ou se réclament progressistes.

A quelques mois de nouvelles échéances politiques, tout nous laisse à penser que les mêmes éléments de langages seront sans relâche utilisés par la gauche départementale. C'est votre seule arme puisque vous n'avez ni perspective, ni ambition pour les mois et années à venir si ce n’est de poursuivre toujours la même politique et les mêmes errements qui nous ont conduits là où nous en sommes. 

Olivier CAPITANIO, Président du groupe Les Républicains Val-d-eMarne Autrement

Pour conclure, les élus du groupe Les Républicains Val-de-Marne Autrement ont rappelé que le Département était arrivé au bout du bout des moyens budgétaires possibles pour maintenir à flot le budget : plus de possibilité de jouer sur le taux de taxe foncière que nous avons perdu, des DMTO qui sont à un niveau historiquement haut et dont le taux est déjà au maximum... alors nous devons faire face, comme partout ailleurs, à une situation sociale tendue qui impactera très probablement nos finances.

La réalité c'est que le Département n'a plus les moyens de ses ambitions. Contrairement aux affirmations de la majorité de gauche, la situation financière ne lui permet pas d'agir au quotidien pour protéger nos concitoyens.

 

>> Lire le discours d'Olivier Capitanio 

©2021 Les Républicains du Val-de-Marne. Tous droits réservés.

Search